Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LIVRE: L'Ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon, 2001

27 Août 2013 , Rédigé par Manon

La sombra del viento,Pocket, avril 2013, 8,10 €, traduit par François Maspero, 670 pages

 

Résumé de l'éditeur:

1945. Barcelone se réveille après neuf années de guerre. Dans une ruelle étroite, deux silhouettes émergent du petit jour. Un père, libraire, et son fils de 10 ans s'en vont sacrifier à un rituel centenaire. Bientôt, le Cimetière des livres oubliés leur ouvrira ses portes. Parmi les fantômes et les rayonnages, le jeune Daniel choisira un volume, un seul. Ce sera L'Ombre du vent. Dès lors, la recherche de son auteur, Julián Carax, obsédera Daniel jusqu'à façonner le cours de son existence...

 

Mon avis: 

 

Ca me fait mal au coeur, parce que j'avais envie d'aimer ce roman, vraiment... mais je l'ai arrêté à la 337ème page.

 

J'avais  déjà lu et beaucoup aimé Marina, et j'ai retrouvé la plume de Zafon qui est très agréable à lire.

J'ai adoré le décor, l'époque...

 

Mais l'alchimie n'a pas opéré. Je lis lentement et je me disais que c'est normal de mettre du temps à lire un pavé comme celui-ci, d'autant plus que j'étais occupée par mes vacances... Mais au bout de 20 jours, je n'avais même pas lu la moitié et avait envie de changer de lecture, et je me suis dit qu'il y avait un problème.

J'abandonne parfois la lecture d'un livre, pour que ce passe-temps soit toujours un plaisir, pour ne pas me contraindre. Là ça devenait une corvée, je n'arrivais pas à rentrer dans le livre. 

 

D'abord, je crois que c'est lié à l'intrigue.... Trop d'éléments, trop de superposition, de personnages, d'époques....je sais que beaucoup de gens ont adoré le livre grâce à cette intrigue, mais pour moi c'était trop compliqué, et j'ai perdu le fil. Les rebondissements arrivent de partout, au final ne font que t'emmêler encore plus...
Je n'ai même pas adhéré au point de départ, à savoir que Daniel se renseigne sur Carax... Je veux bien qu'on puisse être curieux, mais un type hyper glauque te menace de te tuer pour un livre, lequel livre te rappelle en plus une fille (Clara) qui t'a brisé le coeur, tu t'en débarasses et basta... En fait, tout bêtement, cette recherche de Carax ne m'a pas intéressée, dès le début... Dans Marina, le garçon qui l'aimait se retrouvait dans une intrigue aussi mystérieuse et compliquée, mais c'était pour la découvrir elle. Là, je n'ai pas trouvé de vraie raison à s'embarquer dans une galère pareille.

 

Ensuite, la noirceur de l'univers de Zafon m'a gênée. Déjà dans Marina, c'était un des seuls points négatifs. Je n'aime pas me sentir oppressée, c'est pour ça que je lis peu de thrillers, qui me font vite cet effet. Dans une activité comme la lecture, on s'immerge complétement, et on ressent vraiment la tension des personnages ou d'un univers... Là, à chaque moment de bonheur ou positif, on sent une tension (liée encore à l'intrigue), ou une grande mélancolie.... J'aime bien la spontanéité, et je ne ressens jamais d'émotion pure chez Zafon, ça me gêne... Oui les émotions sont complexes, oui il creuse chacune d'entre elles, mais il le fait tellement qu'à la fin on ne ressent plus rien!

Peut-être que c'est ce qui fait son univers, je n'en sais rien... le mystère me plaisait dans Marina, mais là il m'a pesé.

 

Et du coup, je n'ai pas ressenti grand chose avec les persos... On les connait et comprend car ils sont bien croqués, mais l'absence d'émotions ne m'a pas permis de m'y attacher... Exception faite du père de Daniel, qu'on voit peu mais qui est attachant (peut-être justement parce que ses passages sont moins commentés, plus naturels), et de Fermin qui m'a beaucoup fait rire, c'était ma bouffée d'oxygène!

 

Je terminerais avec l'intrigue sentimentale * , qui pour moi tombait comme un cheveu sur la soupe: Bea, qu'il ne voyait plus et connaissait à peine, dont il parle tout à coup et qu'il, miracle, revoit par hasard, trouve géniale et essaie de séduire. Certes, ça arrive souvent dans la vie, mais la rapidité des choses m'a déroutée, ainsi que le fait qu'on veuille nous faire croire qu'au fond, il l'aimait depuis le début... Quand même, c'est la soeur de son meilleur pote, pourquoi n'a-t-il pas réalisé qu'il l'aimait avant, ou pourquoi ne l'a t'il pas fréquentée +?
(* apparemment c'était pour faire un parallèle entre la vie de Carax et celle de Daniel... j'ai lu sur le net que c'était obligatoire, dès le moment où Daniel trouvait l'Ombre du Vent, leurs vies étaient liées. Je veux bien, après tout c'est du fantastique,mais bon c'est quand même bien déprimant de savoir qu'il va avoir la même vie que Carax, on avait pas besoin de ça, c'était déjà assez triste comme ça! Même si le destin est peut-être déjoué dans la suite du livre, je ne sais pas.)

 

En conclusion: Une déception, j'aurais peut-être dû persévérer mais je n'en ai eu ni l'envie ni le courage. L'intrigue sentimentale comme celle policière ne m'ont ni intéressée, ni touchée, et le manque d'émotions m'a empêchée de rentrer dans le récit.

 

Les avis de mes partenaires de LC (elles sont beaucoup plus enthousiastes! D'ailleurs, merci à elles pour cette Lecture Commune! :) )

Mes instants lectures

Aux livres de mes ruches

 

LIVRE: L'Ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon, 2001

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Céline 01/09/2013 18:43

Ce qu'il y a de bien avec la lecture, c'est que les émotions que l'on ressent vis-à-vis d'un livre ne sont pas les mêmes que celles de autres lecteurs. J'ai adoré l'Ombre du Vent, avec Barcelone comme toile de fond...Beaucoup moins la suite...Mais je comprends tout à fait que l'alchimie ne se fasse pas...

Céline 01/09/2013 21:29

Une chose est vraie aussi, je l'ai lu en VO. Je crois qu'un livre perd beaucoup en traduction. La langue de Zafon est chantante, a une musicalité qui a accompagné ma lecture qu'il doit être difficile de rendre en français...
Mais c'est avant tout une histoire de goût!

Manon 01/09/2013 20:38

Oui, c'est une activité très personnelle finalement, elle touche vraiment à nos émotions!

Je ne lirai pas la suite, et les avis souvent négatifs m'en dissuadent encore plus...mais tant mieux si tu as aimé L'Ombre du vent en tout cas, si on rentre dans l'atmosphère et l'histoire(ça n'a pas été mon cas, mais heureusement ça a l'air d'être celui de beaucoup de lecteurs!), ce livre doit vraiment faire rêver... :)

Sinon, merci pour ton commentaire, je vais de ce pas découvrir ton blog... :)

Mes Instants Lecture 29/08/2013 18:59

J'ai éprouvé la même déception que toi en lisant le Jeu de l'ange de Zafon, et c'est intéressant de voir que d'un ouvrage à l'autre, Zafon semble avoir les mêmes travers. Même si j'ai plutôt aimé l'Ombre du vent, je trouve aussi que ses romances et le déroulement de ses intrigues sont un peu tirées par les cheveux (encore + dans le Jeu de l'ange selon moi). Toutefois, les perso de l'Ombre du vent m'ont beaucoup plus touchée que ceux du Jeu de l'ange ! Vivement notre prochaine LC pour comparer nos avis ! A bientôt

Manon 29/08/2013 23:51

Oui, comme quoi il a un style très personnel que l'on retrouve dans tous ses romans, et il peut vraiment enthousiasmer comme rebuter!
Les personnages ne m'ont pas déplu, mais le style très froid m'a empêchée de vraiment m'y attacher...

Oui, ce sera avec grand plaisir! A bientôt :)

Jeanne 28/08/2013 13:59

C'est toujours intéressant de connaître l'avis des uns et des autres sur un même ouvrage... Je suis d'accord avec toi : parfois l'intrigue est tirée par les cheveux. Mais j'ai tout de même réussi à me laisser bercer par la plume de Zafon et le monde qu'il crée pour nous !

Manon 28/08/2013 14:10

C'est vrai que ce livre ne m'a pas touchée, mais il est original et a des qualités et je comprends tout à fait qu'on puisse l'aimer! et je suis contente pour toi que ça ait été le cas! :)